fbpx

Maintenant que vous savez ce qu’est la conversion biologique, voyons ce qu’il en est suivant les cultures !


Si vous avez loupé notre premier article sur les bases de la conversion biologique, n’hésitez pas d’abord à y jeter un coup d’oeil !

1 – Les productions végétales

Les durées de conversion varient selon le type de cultures. Voici un tableau synthétique qui résume, par type de culture, la durée de chacune des phases.

Tableau conversion biologique

2 – Les productions animales

Pour la production animale en conversion, deux cas de figure sont envisageables : la conversion non simultanée et la conversion simultanée



  • La conversion non simultanée, qu’est-ce que c’est ?

La conversion non simultanée induit que les animaux passent en conversion après le terme de la conversion des terres, soit 24 mois. Elle ne concerne pas seulement les nouveaux animaux mais également les animaux déjà présents sur les terres. A la fin de la conversion, les animaux et leurs productions (viande, lait, fromage…) bénéficieront de l’appellation AB. 

Cette conversion peut démarrer une fois que les conditions d’élevage précisées dans le cahier des charges sont respectées et s’étend sur des périodes précises qui varient en fonction des espèces animales.

L’avantage ? Pouvoir retarder les surcoûts et contraintes liées à la pratique bio pour les animaux (achat d’aliments, coût de certification…)

.


  • La conversion simultanée, qu’est-ce que c’est ? 

La conversion simultanée affranchit les éleveurs de bovins destinées à la production de viande de la règle des ¾ de la vie d’élevage en bio. 

L’ensemble de l’unité de production ( troupeau, pâturages, terres utilisées pour l’alimentation animale) démarre la conversion en même temps. 

Informations capitales :

  • La durée de conversion est de 24 mois pour les terres, et les animaux dans le cas où ces animaux sont essentiellement nourris avec des produits provenant des surfaces de l’exploitation en conversion ( à plus de 50%) 
  • Pour les non herbivores, la période de conversion peut-être réduite (1 an voir 6 mois)
  • Les animaux non bio acquis après le démarrage de ce type de conversion ne peuvent être intégrés et doivent subir les conditions et durées spécifiques. 





3 – Les produits transformés

Les produits transformés bénéficient de la mention bio quand 95% des ingrédients sont certifiés bio et quand le transformateur est certifié par un organisme certificateur.

Attention, seuls les produits bruts ou transformés composés d’un seul ingrédient d’origine agricole peuvent bénéficier de la référence : « Produit en conversion vers l’agriculture biologique », à partir de la 2ème année de conversion.


Si vous êtes un agriculteur et êtes en conversion ou avez un projet de conversion bio, nous serions ravis de vous aider ! Plus d’informations sur l’aide que BioDemain peut vous apporter juste ici

PS : en deux mots, chez BioDemain, nous accompagnons les agriculteurs en conversion biologique en leur proposant une rémunération équitable et un accompagnement complet. Contactez-nous pour plus d’infos !

Catégories : Règlementation

1 commentaire

BioDemain - La conversion biologique, on vous explique tout ! · 22 avril 2020 à 07:41

[…] végétales annuelles (ex : céréales, légumes de plein champ…). Nous vous proposons juste ici un décryptage par type de […]

Les commentaires sont fermés.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Instagram